Mon expérience à La Ruche qui dit oui

La ruche qui dit oui à Nantes : test et avis

La Ruche qui dit oui, ce sont de petits groupes de personnes, organisés en « ruches », qui achètent des produits en direct aux producteurs locaux. La Ruche qui dit oui s’appuie sur des circuits courts et promeut une consommation durable au service du mieux manger. Elle défend des valeurs de transparence et de coopération.

Sur le territoire de Nantes Métropole, il existe 4 ruches : Saint-Mihiel, Port Boyer, ateliers de bitche (quartier Cité des congrès) et Saint-Herblain – Preux.

La Ruche qui dit oui à Nantes

Carte des ruches nantaises – mars 2016

Je m’étais déjà inscrite à La Ruche qui dit oui il y a quelques années, après en avoir entendu des membres de ma famille en dire du bien. Mais à l’époque, je n’était pas allée au-delà de l’inscription. Alors quand la Ruche m’a contactée pour tester leur fonctionnement avec un budget de 30€, je n’ai pas hésité une seconde !

Quels produits trouve-t-on à La ruche qui dit oui ?

Chaque ruche est différente, propose ses propres créneaux de distribution et ses propres produits. Il revient à son responsable de sélectionner ses producteurs, même si certains producteurs se retrouvent à l’affiche de plusieurs ruches nantaises.

En général, on retrouve chaque semaine les basiques : légumes, fruits, viande, poisson, crèmerie, œufs… Après, les ruches peuvent proposer, de manière plus ou moins régulière : boulangerie, tisanes, café, produits de beauté naturels, terrines… J’ai même vu que certaines ruches vendaient ponctuellement des cupcakes !

La ruche qui dit oui : comment ça marche ?

La ruche qui dit oui à Nantes : test et avis

La ruche de Saint-Herblain sur l’appli mobile

Il faut tout d’abord se rendre sur le site internet de La Ruche qui dit oui pour créer son compte, ce qui se fait en quelques minutes. Ensuite on sélectionne la ou les ruches qui nous intéressent, ce qui nous permet d’accéder à la liste des produits en vente.

Dès lors… il n’y a plus qu’à faire son marché ! On sélectionne les produits et ensuite on paie en ligne. A noter que le compte n’est débité qu’une fois la commande retirée : si un produit venait à manquer il ne serait ainsi pas payé.

Il faut avouer que le tout est d’une facilité déconcertante. A tel point que je me suis inscrite depuis mon téléphone portable lors d’un trajet en bus. J’ai ensuite fait ma sélection de produits lors du trajet retour depuis l’application iPhone, qui offre une ergonomie encore supérieure au site mobile.
#VisMaVieDeWorkingGirl

Ensuite, il suffit de se rendre le jour indiqué sur le site de distribution pour prendre livraison des produits commandés. Attention, les producteurs n’amènent le jour-j que les denrées commandées via le site, il n’est donc pas possible d’acheter d’autres choses sur place.

Mon expérience en tant qu’abeille

Pour ma première fois, j’ai choisi la ruche des ateliers de bitche, située à 2 pas de mon boulot, derrière la Cité des congrès et dont la distribution à lieu le mardi soir. Je me suis rendue sur place 20 min avant la fermeture, un peu stressée de me présenter si tard et j’ai été accueillie avec le sourire, dans une ambiance détendue, presque familiale. Sur place, tout le monde se tutoie. Il règne un esprit communautaire, les habitués sont salués amicalement, les nouveaux sont accueillis avec bienveillance. Dans la petite salle où sont installées quelques tables sommaires, je suis reçue avec un grand sourire par la responsable de ruche, Laurence, une femme enjouée et énergique, qui pointe mes achats et m’oriente pour récupérer ma commande.

Portes ouvertes de la ruche qui dit oui

Plusieurs événements sont proposés aux portes ouvertes, dont une disco soupe à Nantes samedi 26 mars de 9h à 13h.

La ruche des ateliers de bitche a ouvert il y a presque 1 an. « Près de 80 à 90% des producteurs sélectionnés ici font du bio », m’annonce Laurence, non sans fierté. « Si je me suis investie dans la ruche c’est par conviction. Depuis de longues années je fais partie du mouvement Slow food qui prône une alimentation propre, bonne et juste. La Ruche qui dit oui est pour moi une prolongation de cet engagement ».

J’ai ensuite pris livraison de mes différents achats, qui m’ont été remis par avec le sourire par les différents producteurs. Mention spéciale pour le maraîcher, qui m’a ainsi conseillée patiemment sur la manière de cuisiner chacun de ses légumes, depuis la soupe de cardes jusqu’aux différentes manières d’accommoder le chou kale.

Au final, je suis répartie avec :

une brioche des Pains de Karaban à Carquefou, pour 2,70€
300g de fromage (meule de Retz) pour 7,35€
des kiwis bio pour 5€
un chou kale du maraîcher Le jardin de mon père à Rouans, pour 2€
(oui, j’ai fait ma blogueuse ^^ mais j’avais jamais gouté…)
– un panier de légumes bio « surprise »* du même maraîcher pour 13€
Indiqué pour 1 à 2 personnes et qui contenait au final : quelques pommes de terre, 1/4 de chou lisse, une botte de radis ronds, 1/2 celeri, des cardes, du mesclin, de la mâche.
*J’ai l’esprit aventureux, avec la part de risque que cela comporte… Je vous avoue que je n’ai pas la passion des cardes…!

Mon avis sur la ruche qui dit oui

Moi aussi, je dis oui. Oui à un mode de consommation raisonné, oui à un contact humain chaleureux, oui à de bons produits de saison frais et sains. C’est plus cher qu’au supermarché, certes, mais ce sont de bons produits bios qui permettent de soutenir l’agriculture locale.

C’est certain : je retournerai à la ruche de bitche et je me suis également inscrite à celle de Saint-Herblain !

Informations pratiques

Retrouvez La Ruche qui dit oui ici :

Site internet
Page Facebook
Twitter
Instagram
Pinterest

1 Commentaire

  1. ce soir, c’était la 2eme foi que j’y allais (enfin 1ere, car c’est Romain qui a testé le premier). Je suis inscrite à celle de la Planche à 5min de chez moi Oh Yeah !
    La première fois nous avions commandé de la brioche, confiture, oeufs et poireaux.
    Cette fois-ci on a tenté la viande (je te raconterais).
    J’ai trouvé l’accueil vraiment sympa et les producteurs accueillant avec l’envie de parler de leur métier. Au delà du fait que l’on consomme local, je trouve ce mode de consommation + humain =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *