Visite de l’exposition En guerre(s) à Nantes

Exposition "en guerre" à Nantes
Nantes est une ville dont le visage a été marqué par la guerre. En effet, malgré tous les efforts déployés au cours des dernières décennies en matière d’urbanisme, la capitale du grand ouest arbore toujours les cicatrices de son histoire. Son centre ville, en grande partie détruit par les bombardements aériens au cours de la Seconde Guerre Mondiale, manque d’unité au niveau architectural.

J’ai longtemps cru que cette dévastation était l’œuvre des forces de l’Axe. Le jour où j’ai appris que les bombardements émanaient en réalité des Alliés, j’ai été très intriguée. Qu’a subi la cité des Ducs pendant les deux conflits mondiaux ? Comment ses habitants ont-ils vécu cette période difficile ? En quoi ces conflits ont-ils façonné la géographie actuelle de la métropole nantaise ? À l’heure des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, la visite de l’exposition En guerre(s), proposée au Château des Ducs de Bretagne, est l’occasion d’apporter des réponses à ces questions.

Nantes après les bombardements de la seconde guerre mondiale

Nantes, au lendemain des bombardements alliés de 1943

L’exposition

L’histoire revisitée sous l’angle de la proximité

L’exposition En guerre(s) occupe les 1er et au 2nd étages du bâtiment du Harnachement au Château des Ducs de Bretagne. Le 1er étage est dédié à la Première Guerre mondiale, le 2nd à la Seconde.

Le parti pris de l’exposition est de nous faire vivre l’Histoire à travers la microhistoire. En effet, l’angle choisi pour présenter les conflits se concentre sur les individus, sur leur quotidien pendant les deux guerres.

Nantes a ainsi choisi de se pencher sur sa propre histoire au travers de souvenirs collectés auprès de ses habitants. En explorant les deux guerres au travers de leurs acteurs et en géolocalisant la collecte sur laquelle elle a été bâtie, cette exposition s’inscrit donc résolument dans la proximité. Ce n’est pas le sort de soldats inconnus qu’elle évoque, non, cette exposition nous parle de nos ancêtres, de nos familles, de nos voisins, de ceux qui ont bâti l’histoire de notre ville.

Une exposition aux thématiques actuelles

L’exposition En guerre(s) ne se limite pas à retranscrire les conflits sous leur aspect militaire. Au contraire, elle s’attache à illustrer une époque de manière globale. Les objets exposés sont ceux du quotidien, le quotidien des soldats mais aussi celui des nantais et nantaises qui ont vécu la guerre à l’arrière.

Ainsi, les thèmes abordés au travers des souvenirs exposés évoquent des situations concrètes, parfois triviales. Je pourrais très bien m’imaginer en journaliste du début du XXème siècle, rédigeant des articles sur des thématiques toujours à la mode aujourd’hui :

Déco : pensez à recycler vos cartouches dans les tranchées ! Suivez notre tuto pas à pas et fabriquez un magnifique crucifix !

Vestige de la 1ère guerre mondiale

Crucifix réalisé avec 7 douilles ramassées à Verdun

Mode : Retour en force du style militaire !

Soldat de la 1ère guerre mondiale

Emile Bertineau, soldat de la 1ère Guerre Mondiale, en costume militaire

Cuisine : Découvrez nos recettes de pain perdu

Du pain de 1942

« Le pain que nous mangions en avril 1942 » emballé sous vide

Culture : Sortie au théâtre avec la comédie Le Théâtre du 81ème Tal tue le cafard !

Affiche de théâtre

Affiche de « Le Théâtre du 81e Tal Tue le cafard »

DIY : Apprenez à fabriquer un Coquetier à partir d’une douille d’obus !

Coquetier de guerre

Coquetier réalisé en douille d’obus, au front

Les thèmes sont les mêmes, mais le contexte est différent. Ainsi, les objets créés à l’époque répondaient plus à une nécessité qu’à une envie, les habits n’étaient pas portés par coquetterie mais comme protection et le théâtre était une distraction nécessaire face à l’horreur des tranchées.

Une exposition à visiter en famille

L’exposition est accessible à tous, dans ses thèmes comme dans sa présentation. Le fait que cette évocation de l’histoire passe par des objets et des thèmes très concrets est intéressant du point de vue pédagogique et plaira aux petits comme aux grands. C’est une sortie à réaliser en famille, en couple, entre amis… dans tous les cas elle est certainement plus appréciable à plusieurs.

En effet, je ne vais pas vous mentir, visiter cette exposition, ce n’est pas drôle. C’est intéressant, ça fait réfléchir, j’irai même jusqu’à dire que d’un certain point de vue, c’est nécessaire. Mais ce n’est pas amusant. Les thèmes évoqués sont durs et les objets exposés sont plus que de simples objets, ce sont des artefacts chargés d’histoire. Leur charge émotionnelle est presque palpable, jusqu’à nous faire frissonner, comme lorsque l’on découvre l’immense drapeau nazi qui nous accueille dans l’étage consacré à la Seconde Guerre Mondiale.

L’exposition d’objets est complétée par quelques vidéos. La plupart sont en accès libre, cependant, quelques unes, placées avec pudeur derrière de grands rideaux noirs, sont à réserver à un public averti. Je me croyais endurcie, j’ai voulu soulever l’un de ces rideaux, je l’ai immédiatement refermé, prise d’un haut le cœur en voyant les images de la libération d’un camp de concentration.

Pour toutes ces raisons, je vous conseille de parcourir cette exposition à plusieurs. L’échange autour de la visite est important. Et au final, la visite de cette exposition s’avère précieuse car elle nous fait relativiser nos soucis du quotidien. On se rend compte de la chance que l’on a de vivre dans un pays en paix.

Au-delà de l’exposition, l’histoire « vivante »

La scénographie de l’exposition, volontairement simple et épurée, lui donne un aspect solennel et un peu austère. Il faut dire que son sujet et les objets présentés ne se prêtent pas à une présentation multimédia flashy. Pourtant, pour la rendre un peu moins figée, je pense qu’il serait judicieux de compléter votre visite de l’exposition par une rencontre, un témoignage oral, vivant. Le musée du Château propose à cet effet une programmation de conférences, colloques… Mais j’ai plutôt envie de vous conseiller, à l’issue de votre visite, de vous rendre chez vos grands-parents. Profitez de vos aïeuls s’ils sont encore là, écoutez ce qu’ils ont à dire. La guerre ne sera jamais aussi réelle que dans les histoires de ceux qui l’ont vécue. 

Et s’ils sont nantais, pourquoi ne pas tout simplement faire cette visite avec eux ?


Exposition « En Guerres » Château des ducs de… par Chateau_ducs_de_Bretagne

Informations pratiques

L’exposition En guerre(s) a lieu au Château des Ducs de Bretagne à Nantes jusqu’au 23 février 2014. Prévoir 1h30 à 2h de visite.

Horaires

Musée et exposition : 10h à 18h, fermé le lundi.
Juillet et août : 10h à 19h 7 jours/7
Dernier accès billetterie 1/2 heure avant la fermeture
Fermeture les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 25 décembre

Tarifs

Musée ou Exposition En guerres
Plein tarif : 5 € Tarif réduit : 3 €

Musée + Exposition En guerres
Plein tarif : 8 € Tarif réduit : 4,80 €

Tarif réduit : Jeunes de 18 à 26 ans. Une heure avant la fermeture tous les jours y compris le dimanche…
Gratuité : Moins de 18 ans – demandeurs d’emploi – bénéficiaires du RSA – personnes handicapées – enseignants préparant une visite – titulaires de la carte blanche…

Bon plan 

N’oubliez pas que le musée du Château et ses expositions sont gratuits le 1er dimanche de chaque mois de septembre à juin.

Profitez également de votre visite à l’expo pour explorer la cour du Château et faire le tour des remparts, ils sont en accès libre tous les jours de 10h à 19h et de 9h à 20h en juillet et août.

En savoir plus :
Site internet du Château des Ducs de Bretagne
Scoop.it ! de l’exposition
Site internet Le Voyage à Nantes 

Crédits photos :
Musée d’histoire de Nantes

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *