Mon voyage à Nantes 2016

Undercurrent oeuvre du Voyage à Nantes 2016

Le Voyage à Nantes vient de se clore. L’occasion de dresser le bilan de cette édition 2016, avec un retour en images sur les œuvres que j’ai préférées !

Le cru 2016 du Voyage à Nantes

Un mot tout d’abord pour parler de l’édition 2016 de ce grand événement artistique et touristique nantais qu’est le Voyage à Nantes. Pour sa 6ème édition, le VAN a proposé de nouvelles œuvres, toujours dans l’optique de surprendre le promeneur tout en valorisant la patrimoine nantais. Comme chaque année, un parcours fut proposé, matérialisé au sol par une ligne verte reliant les œuvres les unes aux autres.

Mon pin’s collector du Voyage à Nantes 2016 #LaFrime

Suivez la ligne (verte)

Bien décidée à profiter de l’événement plus que les autres années, j’ai décidé de me créer un parcours le long de cette ligne verte. Pour préparer mon expédition, je me suis rendue sur le site internet du Voyage à Nantes. Le problème est qu’au lieu de trouver facilement les œuvres que je voulais voir, je me suis retrouvée sur une carte fourre-tout avec, pêle-mêle, d’anciennes œuvres du VAN, les nouvelles et des choses qui n’ont carrément rien à voir (sérieusement, que fait le marché de Talensac sur le plan du Voyage à Nantes !?!).

Au final, je n’ai pas trouvé ce que je cherchais. C’est donc en piochant au hasard dans le programme du VAN (130 pages quand même…) et surtout en me fiant au bouche-à-oreille que j’ai sélectionné les œuvres que je souhaitais voir.

Mes œuvres favorites du Voyage à Nantes 2016

Les affiches de Jean Jullien

Je suis fan des dessins humoristiques et poétiques du dessinateur nantais. 62 affiches, toutes différentes, étaient disséminées dans la ville, comme un jeu de piste à grande échelle. J’attend avec impatience la sortie du livre les regroupant toutes !

Affiches de Jean Jullien, oeuvre du Voyage à Nantes 2016

Affiches de Jean Jullien oeuvre du Voyage à Nantes 2016

Undercurrent du collectif Hehe

Ce pylône électrique, comme tombé dans les douves du Château des Ducs de Bretagne, donne à l’un des lieux les plus touristiques de Nantes un petit côté apocalyptique, m’a vraiment amusée par son côté décalé.

Undercurrent oeuvre du Voyage à Nantes 2016

De l’art des enseignes

Plusieurs artistes se sont amusés à créer des enseignes décalées et drôles pour certaines boutiques du centre-ville. On lève le nez, on s’amuse, on s’extasie… Une vraie réussite !

De l'art des enseignes oeuvre du Voyage à Nantes 2016

Grafikama (Service peinture)

J’ai eu un gros coup de cœur pour cette exposition graphique sur le thème de l’Afrique, rassemblant 13 artistes, qui ont investi un ancien atelier industriel. Dès le début de la visite, j’ai vécu un « choc de couleurs » : c’était comme si mes yeux recevaient trop de couleurs d’un seul coup ! C’était violent, mais agréable 🙂
NB : les œuvres étant très grandes, les photos n’en présentent que des détails.

Grafikama, expo collective du Voyage à Nantes 2016

Grafikama, expo collective du Voyage à Nantes 2016

Grafikama, expo collective du Voyage à Nantes 2016

Grafikama, expo collective du Voyage à Nantes 2016

Grafikama, expo collective du Voyage à Nantes 2016

Grafikama, expo collective du Voyage à Nantes 2016

Grafikama, expo collective du Voyage à Nantes 2016

Le Feydball du cabinet d’architecture Barré-Lambot

J’ai vécu une véritable épiphanie quand j’ai compris que le dessin incurvé de ce terrain de football, situé Carré Feydeau, reprenait une forme classique quand on le contemplait dans le miroir situé à proximité…

Feydball, oeuvre du Voyage à Nantes 2016

J’ai moins aimé…

Temps étranges, mobile de Julien Berthier

Ce mobile en métal, suspendu à une grue au dessus de la place du Bouffay, m’a paru vraiment laid. Là où les mobiles de Calder évoquent la légèreté, ce mobile-là, découpé dans des containers en métal, donnait une impression de lourdeur extrême. Peut-être était-ce le but.

mobile, oeuvre du Voyage à Nantes 2016

Bilan de mon Voyage à Nantes 2016

Un petit goût de trop peu pour cette édition, mais c’est un peu de ma faute, j’aurais dû me déplacer plus (notamment pour aller voir les œuvres situées sur l’Ile de Nantes).

En fait, je regrette surtout de ne pas avoir vu la fameuse cabine téléphonique transformée en aquarium : quand je me suis décidée à y aller, elle avait déjà été retirée…

Et vous, avez-vous suivi la ligne verte ?

3 Commentaires

  1. Dommage pour la cabine, c’est ce que j’ai préféré, c’était vraiment joli et décalé!
    En revanche j’ai détesté le pylône électrique dans les douves du château… J’ai trouvé cela particulièrement laid, et le son vraiment horripilant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *