Ma première dégustation Dans le noir

Dégustation Dans le noir à Nantes : test et avis

Il y a quelques temps j’ai eu l’occasion de découvrir l’espace sensoriel Dans le noir, concept store qui a ouvert ses portes à Nantes et qui propose des dégustations gourmandes effectuées dans une salle plongée dans l’obscurité. Une expérience forte, que je vous relate ci-après.

Le concept Dans le noir

Un « espace sensoriel », quelle appellation étrange !
« Vous comprendrez une fois que vous aurez testé », me dit-on d’emblée d’un air mystérieux.

L’espace Dans le noir est la création du groupe du même nom, déjà propriétaire de plusieurs restaurants proposant des repas et dégustations à l’aveugle, un peu partout dans le monde. La spécificité de cette entreprise, outre son concept original, est d’employer plus de 50 % de personnes en situation de handicap.

L'espace Dégustation Dans le noir à Nantes

Une sensibilisation au handicap

L’espace Dans le noir est avant tout un lieu de sensibilisation. En privant ses visiteurs de la vue le temps d’une dégustation d’une quarantaine de minutes, l’espace Dans le noir les place dans la situation d’une personne non voyante. Heureusement, les dégustations se font sous la houlette d’un guide expert, lui-même malvoyant, qui est là pour accompagner mais aussi rassurer les participants.

La découverte de produits artisanaux triés sur le volet

Lorsque j’ai reçu l’invitation, j’avais un peu peur de ce que j’allais goûter. J’avais notamment peur de me retrouver « piégée », obligée de manger des aliments qui me révulsent (je ne suis pas difficile, mais pour tout vous dire, j’ai la phobie des insectes et des animaux gluants). Mais ce n’est pas du tout le but de Dans le noir : l’objectif est le plaisir gustatif, il n’a a donc pas d’entourloupe.

Les produits proposés à la dégustation dans l’espace Dans le noir sont lauréats des Blind Tasting Awards, c’est à dire qu’ils ont été sélectionnés pour leurs qualités gustatives par un jury de voyants et de non-voyants lors de dégustations dans l’obscurité absolue. Autrement dit : ce sont des produits de qualité, que vous pourrez d’ailleurs acheter dans la boutique à l’issue de la dégustation.

Les produits dégustés chez Dans le noir à Nantes

Les formules de dégustation

L’espace Dans le noir propose plusieurs formules de dégustation, j’ai pu tester la formule « découverte » à 19€, qui comprend 2 ramequins de mets salés, 2 verres de vin et une friandise. Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas gâcher la surprise !

Il existe une formule tea time, que je reviendrai peut-être déguster avec une amie et, quand mon fils sera plus grand, je testerai peut-être avec lui la formule parent-enfant : je pense que cela pourrait être une belle expérience pour le sensibiliser au handicap.

Mon expérience Dans le noir

Dans le noir… on a peur

Nous étions une quinzaine de personnes invitées à découvrir le lieu. Après une présentation du concept, notre guide nous fait mettre en file indienne. Je me sens tout de suite un peu nerveuse. Mon instinct de survie m’amène à me placer derrière l’Autruche, car avec un nom pareil, je me dis que si une personne doit pouvoir s’en sortir dans le noir, c’est bien elle. Suivant les instructions du guide, je place ma main droite sur son épaule. Nolwenn me suit, agrippant fermement mon épaule.

L’Autruche regarde Eva, placée devant elle, puis se tourne vers moi « ah, ça va je suis avec des filles que je connais ». Nolwenn acquiesce « oui, moi aussi, ça va ». Je renchéris « hin hin » (petit rire nerveux).

Nolwenn « euh, les filles, j’ai un peu peur dans le noir »
L’Autruche « oui, moi aussi… »
Moi « hin hin hin ».

Une série de rideaux nous frôle les cheveux alors que nous pénétrons dans la salle. Et là, le NOIR.

dégustation dans le noir à Nantes
Selfie avec Nolwenn, l’Autruche (dont vous voyez le visage en exclu) et Eva

Dans le noir, on est perdu

À l’intérieur de la salle, c’est le noir complet. Pas le noir de votre chambre à coucher, parsemé de petites lumières, émanant de votre réveil, d’un trou dans un volet et de toutes ces petites choses qui font que l’on ne se trouve jamais dans une obscurité vraiment totale. Ici, le noir est compact, oppressant. J’ouvre les yeux tellement grands, dans l’espoir de capter une once de luminosité, qu’au bout d’un moment, ils me font mal.

expérience dans le noir
♪ A-la-queu-leu-leu ♪
(Photo ©Dans le noir)

Je sens la main de Nolwenn, cramponnée à moi, alors que sous mes doigts l’épaule de l’Autruche se dérobe. Elle m’échappe, je ne peux pas lutter. Alors qu’elle se laisse entraîner par notre guide jusqu’à ce que je devine être une table à proximité, une autre personne me conduit jusqu’à ce qui me semble être une chaise. Le simple fait de réussir à m’asseoir dessus tient du défi. Je ne suis que maladresse, je titube, je bouscule, je me cogne. Je finis par réussir à prendre place, m’assurant de la présence familière de Nolwenn à mes côtés.

Une personne prend place en face de moi, je ne vois pas son visage, cela me gêne. Je me présente, sans vraiment savoir si elle m’écoute. J’obtiens une réponse, un prénom, cela me rassure un peu.

Dans le noir, on est obligé de faire confiance

La dégustation commence, après une palpation intense des objets placés devant moi. Je goûte les différents aliments, j’écoute le guide qui nous aide à les identifier, je ressens les saveurs. Je n’ai aucune idée des quantités (celle de départ, celle ingérée). J’ai du mal à reconnaître les aliments, dont les saveurs sont étonnantes. A chaque changement de mets, une vague appréhension s’empare de moi « qu’est-ce que je vais manger maintenant ? est-ce que je vais aimer ? Quelle consistance cela va-t-il avoir ? ». Nolwenn me souffle « j’espère que le vaisselle est propre ».

Moi, en plein remake du projet Blair Witch
Moi, en plein remake du projet Blair Witch

Ces différents questionnements m’ont amenée à réfléchir à la notion de confiance. Pour moi, l’expression « confiance aveugle » a désormais pris tout son sens. Privée de la vue, on est obligé de faire confiance. On s’abandonne, on remet son sort entre les mains de ceux qui ont préparé les aliments, les ont disposés sur la table. On fait confiance au guide qui nous les décrit, à ceux qui partagent notre expérience à nos côtés. Au milieu de la dégustation, prise d’une soudaine angoisse, je m’assure une fois de plus de la présence de Nolwenn à ma droite. C’est bon, elle est toujours là. Je me surprends à penser, un rien mélodramatique « cette fille a bon cœur, je suis sûre qu’elle ne va pas m’abandonner ici (à mon triste sort) ». A défaut d’oser l’étreindre, je laisse glisser ma main sur le mur qui est sur ma gauche. J’en cherche les limites. Je ne les trouve pas. Ma réalité se limite à ce que je peux entendre ou toucher.

« Espace sensoriel » : l’expression me revient à l’esprit. C’est tout à fait ça.

Mon avis sur Dans le noir

En ressortant de la salle, je me suis dit que cela aurait été rassurant pour moi de visiter une première fois la salle éclairé, avant de procéder à la dégustation, histoire d’avoir un minimum de repères et de savoir où je mettais les pieds. C’est en me faisant cette réflexion que j’ai vraiment pris conscience de ce que pouvait être le quotidien d’une personne non-voyante : pour elle, pas de « tricherie » de ce genre. Pas de moyen de se « rassurer au préalable » lorsqu’elle visite un lieu nouveau ou rencontre des personnes inconnues jusque là.

Une autre chose que j’ai notée au cours de la dégustation a été combien l’alcool m’impactait physiquement. Au bout de 3 gorgées de vin, d’habitude, je me sens juste… bah, comme quelqu’un qui a bu 3 gorgées de vin, quoi. Alors que là, au bout de 3 gorgées d’alcool, mes gestes sont devenus moins précis, les repères que je m’étais constitués sont devenus très flous dans mon esprit. L’alcool a rapidement brouillé les sens sur lesquels je m’appuyais pour compenser la perte de la vue.

Au final, cette dégustation dans le noir a été pour moi une expérience marquante. Privé d’un sens, on vit tout plus intensément. J’ai vraiment apprécié ce moment, même si, de manière totalement inattendue, j’ai ressenti une véritable angoisse dans cette obscurité totale. Je crois que si je n’avais pas été à côté d’une personne que je connaissais, j’aurais moins bien vécu l’expérience. Pour cette raison, je ne conseillerais pas de partager cette activité avec des gens que vous rencontrez pour la première fois. Par contre, le fait d’être dans l’obscurité avec des gens que vous connaissez a pour effet de renforcer les liens, en bâtissant confiance et solidarité.

Aimer Nantes, 200 adresses à partager, livre de bonnes adresses d'activités à Nantes

Infos pratiques

Dans le noir
1, place Saint Similien
44000 NANTES
Site internet
Page Facebook
Tél : 09 83 07 73 00

Des dîners dans le noir sont également proposés au restaurant du Radisson Blu.

5 Commentaires

  1. Oh mais je ne savais pas que tu avais été si angoissée 🙁
    En tout cas le début de l’article m’a beaucoup fait rire ! Et ce selfie est assez mythique !
    Des bisous <3

    • Comment ça, tu n’as pas lu dans mes yeux combien j’étais angoissée pendant la dégustation ? Moi qui pensais que ça se voyait…
      Bon, l’avantage c’est que personne n’a repéré non plus quand j’ai mis les doigts dans le plat, ni quand j’ai bavé un peu sur ma robe.

  2. Oulala ça ma tente bien tout ça, à Hong Kong j’avais fait une expérience qui m’a marquée car c’était dans un lieux entièrement dans le noir en présence de notre guide aveugle de naissance et d’une canne et on reproduisait des scènes du quotidien, prendre le ferry, aller sur le marché, traverser une route. Je me suis retrouvée aveugle une fois pendant deux jours suite à un gros soucis aux yeux, et c’est vraiment perturbant, je les admire pour cela

  3. J’avais hâte de lire les articles, car cela n’a pas dû être facile à écrire.
    Je pense que l’on ne peut pas mieux décrire ce genre d’expérience !
    Je n’ai pas pu venir à cette soirée, mais j’espère pouvoir y aller avec Mr R, ça m’intrigue tellement =D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *