Pourquoi partager ses bonnes adresses (sur un blog) ?

Blog nantais de partage de bonnes adresses à Nantes

Cela fait un peu plus de cinq ans que je tiens ce blog. Lorsque j’en parle autour de moi, la question qui revient le plus souvent, après celle de la gestion du temps, est celle du pourquoi. Pourquoi bloguer, et surtout, pourquoi partager ses bonnes adresses sur un blog (alors qu’on peut les garder pour soi) ?

L’idée de cet article m’est venue un midi, alors que j’étais attablée dans un adorable petit salon de thé situé dans une ruelle nantaise, à l’abri des regards. Quelques heures plus tôt, je m’étais mise à chercher un endroit au calme, pas trop loin de mon travail, où je pourrais être tranquille pendant ma pause déjeuner pour lire, écrire, bloguer et… dévorer de bons petits plats maison. Après quelques minutes de recherche, j’avais fini par dégoter ce qui me paraissait être la perle rare et qui, au final, dépassait largement mes espérances. J’étais tranquillement installée dans ce lieu charmant, à prendre des photos de la décoration et des plats, à noter mentalement mes impressions en vue de vous en parler ici… quand soudain, une idée a traversé mon esprit : et si ce lieu-là, je le gardais pour moi ?

Faut-il partager les bons plans (ou bien les garder pour soi) ?

Quand on a quelque chose de précieux, la tentation est grande de le garder pour soi. Idem pour un restaurant, une boutique ou même un lieu public : sans forcément être misanthrope, on n’a pas forcément envie de se retrouver dans une foule à chaque fois que l’on sort de chez soi.
Pire : on n’a pas envie de connaître la pénurie. Pénurie de place, quand on se voit refuser une table au restaurant, pénurie de produit, quand le plat du jour est épuisé alors qu’il n’est même pas 13h, ou que l’objet convoité pour décorer son salon est sold-out le jour de sa sortie. Dans notre société de (sur)consommation, le fait de se voir refuser quelque chose quand on a l’argent pour l’acheter est parfaitement insupportable.

Avoir un blog et y partager ses bonnes adresses, ses bons plans, c’est risquer tout cela. Quand on publie, on a envie d’être lu et – si possible – par un grand nombre de lecteurs. Autant de personnes qui potentiellement pourraient ensuite interférer avec notre propre capacité à consommer. Alors, la tentation est grande de tout garder pour soi. De n’en parler qu’à un petit cercle restreint d’amis (proches). « Je veux bien te filer l’adresse de ce bar, il est extra. Mais n’en parle pas sur ton blog, j’ai pas envie qu’il soit bondé ou qu’il change« . Cette remarque d’une amie nantaise m’a laissée perplexe.

D’un côté, je comprends. Et je ne jette absolument pas la pierre à ceux qui pensent cela. Je vous l’ai dit : moi aussi, j’aime être tranquille. Je me souviens d’une fois, quelques jours après avoir publié un article dithyrambique sur le restaurant de spécialités sud-américaines Nazca : je m’y suis pointée un midi avec des collègues sans avoir réservé, comme d’habitude… et nous avons dû faire demi-tour. L’établissement affichait complet. Déception. Étais-je à l’origine de cette déconvenue ? Difficile à dire. Une chose est sûre : si c’est le cas, c’est sans regret.

Restaurant Sainbioz à Nantes

Sainbioz : un autre tout petit restaurant dont je vous ai parlé à maintes reprises

Partager ce que l’on aime

Quand j’aime quelque chose, je l’aime à fond. J’ai envie de crier cet amour sur tous les toits. Heureusement, je n’ai pas besoin d’escalader la Tour Bretagne à mains nues pour aller y beugler mes coups de cœur aux quatre vents : j’ai ce blog.

Et ne croyez pas qu’il s’agisse d’une question de générosité. En réalité, je fais le calcul suivant : en ramenant du monde dans les lieux que j’aime, je soutiens le commerce local et favorise le développement d’établissements qui auront ainsi moins de chance de fermer. Donc je pourrai continuer à les fréquenter. CQFD.

J’ai souvent lu sur les blogs le slogan « sharing is caring », qui incite à partager les articles et les blogs que l’on apprécie sur les réseaux sociaux. Aider à faire connaître ce qui est bien. C’est exactement ma conception de ce que je fais ici : je partage parce que je tiens aux choses, aux gens, aux établissements que je fréquente. J’ai donc envie qu’ils soient connus de tous, qu’ils se développent, car ils le méritent. Il y a des choses tellement extraordinaires, dans notre belle ville de Nantes. Comment pourrais-je les garder pour moi ?

Enfin, il ne faut pas oublier un autre aspect : le plaisir du partage. Lorsque je publie ici un article sur une nouvelle adresse, je jubile en imaginant le plaisir que vous aurez à la découvrir à votre tour, que vous soyez Nantais ou simple touriste de passage.

L’abondance de l’offre nantaise

Le fait de savoir que je contribue, même à faible échelle, même un ou deux clients à la fois, au succès de gens passionnés, me comble. Cela compense largement les occasionnelles déconvenues. J’estime que l’offre est suffisante à Nantes pour pouvoir se rabattre sur un autre lieu si jamais le premier est complet ou si un produit est épuisé. Cela pousse à la découverte, à changer ses habitudes, à tester de nouvelles choses. On n’est jamais à l’abri d’un nouveau coup de cœur.

Partager ses bonnes adresses dans… un livre

C’est le projet top secret dont j’avais commencé à vous parler il y a quelques jours. Je travaille depuis plusieurs mois avec un éditeur pour réaliser un joli livre sur Nantes, rassemblant mes adresses favorites. Cet ouvrage me permettra de valoriser toujours plus les lieux que j’aime, grâce à mes textes et mes photographies. Il recensera un total de 200 adresses. Au début, cela me paraissait un objectif très gourmand… et puis finalement il a fallu que je fasse un tri drastique ! Je vous en reparlerai plus en détail lors de sa sortie fin septembre.

PS : le salon de thé dont évoqué au début de cet article, c’est le Loo. Celui en photo principale est le Café Bécot. Je vous les recommande chaudement et leur consacrerai des articles prochainement. 

Rangé dans Humeurs

Nantaise d'adoption, curieuse et gourmande ! J'aime les voyages, le rock indé, le cinéma, les arts graphiques, le chocolat, les baumes à lèvres... Et tout un tas de choses aussi futiles qu'indispensables ! Aucun petit beurre n'a été blessé pendant la mise en ligne de ce blog. Retrouvez-moi sur Twitter et Instagram

4 Commentaires

    • Je sais qu’on est vraiment sur la même longueur d’ondes, là-dessus 🙂
      (Et merci d’avoir partagé l’article 😉 )

  1. Quoi, un livre de bonnes adresses sur Nantes ?! C’est fou ça 😀 Encore un ouvrage de toi à ajouter à ma bibliothèque (sur mesure dont je suis trop fière). Bon par contre, il va falloir que tu t’arrêtes à un moment sinon je n’aurai bientôt plus de place.
    Deux en un an, félicitations !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *